La Jeune Équipe Associée à l'IRD portant sur la valorisation des ressources végétales pour la phytoremédiation* des sites contaminés par les métaux lourds au Maroc, a officiellement lancé ses activités en juin 2018 à l'Université Mohamed V de Rabat, pour une période de 3 ans. Ce projet s’inscrit dans les objectifs du développement durable adoptés par les nations unis (2015) et répond aux préoccupations du Maroc qui s’intéressent à la protection de la biodiversité et le bien-être de la population et s’aligne sur les objectifs du "Plan Maroc Vert".

Étaient présents lors de cet événement : Professeure Rachida Hassikou (Vice Doyenne de la Faculté des Sciences de Rabat), Professeur Jamel Aurag (directeur du centre BioBio), les membres du laboratoire de Biotechnologie et Physiologie Végétales, les membres marocains et IRD de la JEAI dont la professeure Mouna Fahr qui en est la responsable et Abdelaziz Smouni le directeur adjoint du laboratoire de recherche, Didier Boguzd (UMR DIADE) et Fabrice Colin (UMR CEREGE, correspondant de la JEAI).

La phytoremédiation est une technique de dépollution basée sur les plantes et leurs interactions avec le sol et les microorganismes. Il convient de noter que la JEAI – PhytoMet s’intègre dans une stratégie globale qui vise à corriger les effets négatifs des exploitations minières et la pollution des environnements par les métaux. 

Cette rencontre de lancement entre partenaires marocains et français, a permis de présenter le contexte du projet, de rappeler les objectifs de la JEAI -PhytoMet, et de présenter les résultats préliminaires. Elle a, entre autres, démontré les compétences et la visibilité de la jeune équipe et permis de promouvoir les collaborations entre les chercheurs marocains et les chercheurs de l’IRD sur cette thématique. Il a été également rappelé que cette JEAI s’inscrit dans un contexte de partenariat historiquement ancré et particulièrement fructueux entre la Faculté des Sciences de Rabat et l’IRD.

image004

Les sites d'études sont situés dans la région sud est de Meknes et au sud d'Oujda.

Les chercheurs marocains et français de l’équipe PhytoMet ont effectué une mission de terrain, dans la région de Zaida- Aouli-Mibleden, site minier abandonné connu pour l’exploitation de ses filons de plomb et de zinc durant le siècle dernier. 

                                                                                                                                     image005

image007

Une mission  a permis  de prospecter ces environnements et de récolter les plantes abondantes de la région, telles que cette Brassicacées, objets d’analyse au laboratoire afin d’étudier leurs potentialités d’utilisation sur le terrain.

Autre exemple qui sera étudié :Site minier de Touissite (1926 - 2002 ) (Maroc oriental) : En 1980,  170 000 t de concentré de Pb (3.5% de la production mondiale) ont été produits sur le site de de Touissite - Oued Himer dans la région de Oujda. 

image010

Digues Plombifères sablonneuses aux abords du village de Touissite

image011

Ancienne fonderie avec terrils plombifères

La jeune équipe est fortement investie dans l’organisation d’un atelier de travail international en 2018 au Maroc sur les mines abandonnées, en collaboration avec l'université Moulay Ismail de Meknès et l’Ecole des mines de Rabat